FAQ

Questions à propos du site

Comment contacter le club? Qui vous répond?

Le plus simple, par mail à : cegevi@gmail.com ou en venant à l'une des sessions organisées.

Mais aussi par courrier à :

  • CEGEVI, Maison de la Famille et des Associations, 78450 Villepreux
  • CEGEVI,  bât ARGOS, 17 avenue de Villepreux, 78340 Les Clayes-sous-bois.

On peut poser toutes les questions liées à la généalogie. Nous ferons tout pour y répondre au mieux car notre mission porte sur l’entraide.

Soyez libre de nous interroger « sur ce qui n’a pas été trouvé », partager un commentaire, une suggestion …

Que peut-on trouver sur le site?

Des ressources accessibles à tous liées au club et aux recherches généalogiques…

  • Une liste éclair de plus de 60.000 patronymes avec lieux
  • Un aperçu des bulletins publiés 2 fois par an
  • Des sites qui nous semblent utiles pour les généalogistes
  • La présentation de l’association et le trombinoscope, le bulletin d’adhésion
  • Les activités de formations du club avec thèmes et dates
  • Un bloc-notes pour suivre les événements du club
  • Et de quoi se divertir avec de magnifiques diaporamas sur des aspects de notre passé

…et des informations accessibles aux adhérents pour des besoins plus spécifiques :

  • Une large panoplie d’outils et d’informations pour l’aide dans les recherches comme : une présentation de la généalogie ;des aides à l'utilisation des logiciels les plus courants (Heredis et Généatique), un répertoire du vocabulaire utilisé en généalogie, etc..., faire des recherches de militaires, faire des recherches en Belgique, en Grande-Bretagne, une synthèse sur les enfants abandonnés.
  • Les bulletins complets 2 fois par an
  • Les contacts pour les groupes par thème: Relevés, Informatique, Publication, Formations, Partenariat, Contexte et Bibliothèque, Jeunesse
  • Une liste de livres en prêt
  • Les comptes rendus des assemblées générales et les statuts

Que peut apporter le club comme aide à un non adhérent, à un adhérent = à quoi cela sert-il ?

En un mot, l’entraide, par et via le club : par exemple par le partage des expériences par la confrontation des problèmes rencontrés et le partage de pistes ayant mené à des découvertes, mais aussi certaines activités qui peuvent être conduites ensemble (relevés des actes des communes de Villepreux et avoisinantes, visites organisées…). Pour un adhérent, le club apportera tout ce qui fait la force d’un groupe.

 

En effet, seul, on peut facilement se retrouver dans une impasse. Plutôt que d’abandonner et de voir cette impasse comme une fatalité, le club sera l’opportunité de partager cette préoccupation et de retrouver l’énergie et de nouvelles idées, par d'autres contacts du club ou d'adhérents, pour relancer l’enquête et transformer l’impasse en pistes précises pour avancer un peu plus dans la connaissance des ancêtres et de leur vie.

La diversité des savoirs dans le club permet à chacun de trouver ce qui lui faut pour répondre à ses questions et accroître ses connaissances.

Les échanges avec les autres adhérents peuvent vous permettre d’obtenir une information ou un acte lorsqu’un adhérent au cours d’un déplacement a pris un peu de son temps pour vous l’obtenir. Évidemment cela fonctionne dans les 2 sens.

Le club développe aussi on réseau de relations en nouant des partenariats avec des professionnels ou d’autres associations. Ainsi, il vous sera possible d’être tenu informé de la moindre opportunité pour un livre de référence, un logiciel, ou tout autre support ou service qui vous peut vous permettre de progresser dans vos recherches.

Enfin le club met à votre disposition un fond bibliothécaire de référence qui vous permettra de progresser tant dans votre connaissance de la généalogie que dans la recherche de vos ancêtres.

Pour tous, le club est avant tout un lieu de convivialité qui ne s’est jamais démenti. Preuve s’il en est, la fidélité de nos adhérents.    

 

Si vous envisagez de nous rejoindre, le site internet vous permet de connaître nos activités et de nous suivre via le bloc-notes. Vous pouvez nous solliciter par mail   (cegevi@gmail.com ) pour une recherche dans les archives communales de Villepreux ou d’une commune alentour, un conseil ponctuel, obtenir notre bulletin ou davantage d’information pour adhérer.

 

  

A propos de la généalogie

Qu'est ce que la généalogie?

Science ancienne, la généalogie est longtemps restée une science sacrée (cf. les généalogies bibliques, les mythologies grecques et romaines ou les généalogies royales). Mais aux XVII et XVIII° siècles, le développement de la critique historique, de l’étude des sources et de la diplomatique donne naissance à la généalogie moderne.

Aujourd’hui, la généalogie s’est démocratisée : ouverte à tous, elle n’est plus le domaine réservé d’érudits locaux ou, parfois, de falsificateurs de généalogie en quête d’une lettre d’anoblissement pour redorer leur blason. Désormais, elle a acquis le rang de science auxiliaire de l’Histoire. Elle nécessite l’application d’une méthode rigoureuse, implique des compétences d’historien (cf. l’analyse des sources) et demande une bonne connaissance des autres sciences auxiliaires de l’histoire (paléographie, onomastique, démographie...).

La généalogie est-elle utile?

L’utilité de la généalogie n’est plus à démontrer tant les liens avec d’autres disciplines sont évidents :

  • La médecine, la génétique et la biologie : Parfois les travaux généalogiques permettent de découvrir les origines de maladies héréditaires ou congénitales.
  • La démographie : A partir des registres paroissiaux et d’état civil, il est possible d’étudier la nuptialité, la fécondité, l’émigration, l’immigration, l’évolution des populations (cf les travaux de Pierre Goubert, Jacques Dupâquier, Philippe Ariès...).
  • L’histoire sociale : Avec les recherches sur les inventaires après décès, les testaments, les contrats de mariage, les rôles fiscaux, la généalogie participe à l’étude des groupes sociaux (cf les travaux de Michelle Perrot, Adeline Daumart, Jean-Pierre Gutton...).
  • L’onomastique : La généalogie rejoint l’anthroponymie et la toponymie puisqu’elle s’intéresse d’abord à la recherche et à l’étude des noms de famille ou des noms de 
  • L’Histoire : Faire sa généalogie, c’est aussi une autre manière d’aborder l’Histoire traditionnelle, choisir un autre angle de vision. A partir de l’histoire intime d’une famille ou de l’histoire d’un village, d’une communauté, il est possible de percevoir et de comprendre les soubresauts de l’Histoire d’un pays (cf les travaux d’Alain Corbin...).

Bref, la généalogie nous permet d’accroître notre connaissance de l’homme, de son mode de vie et de sa pensée.

Pourquoi fait-on des recherches généalogiques?

Les motivations sont multiples et souvent complexes mais on peut les résumer ainsi :

  • Pour connaître l’histoire de sa famille, retrouver ses origines, ses racines... bref, comprendre d’où l’on vient et transmettre cet héritage ! 
  • Pour découvrir l’origine de son nom de famille, sa signification...
  • Pour retrouver le cadre de vie et l’environnement traditionnel de nos ancêtres.
  • Pour entrer dans l’intimité de nos aïeux : reconstituer leur patrimoine, découvrir leurs métiers, leurs croyances religieuses, leurs convictions politiques, leurs rapports sociaux...
  • Pour vivre tout simplement une belle aventure, un moyen d’évasion, dans le temps et dans l’espace, et prendre plaisir à résoudre les pièges et les énigmes de la recherche historique et généalogique.

En quoi consiste la généalogie?

Retrouver d'où l'on vient par l'histoire de ses ancêtres... mais aussi :

  • découvrir l'histoire sociale ou sociétale dans laquelle ses ancêtres ont vécu ;
  • les branches cousines de plus en plus éloignées...
  • mener finalement une enquête.

En effet, la généalogie permet de reconstituer l’arbre des ancêtres d’une famille tout en collectant toute information ou document permettant de mieux les connaître. Et plus on avance, plus on a le sentiment de les connaître, et plus on a envie de partager ce patrimoine familial. Ainsi, après une fantastique enquête dans le temps, on pourra réaliser un livre, un jour événement pour une cousinade, un bulletin familial, des publications sur internet. Il s’agira de laisser à nos descendants ce formidable héritage et pourquoi pas de donner un exemplaire de l’histoire de famille aux archives départementales, la petite histoire à côté de la grande.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées lors d'une recherche généalogique?

Elles sont nombreuses mais pas insurmontables :

  • la distance : lorsque les recherches nous conduisent dans une région ou un pays éloignés de notre domicile ;
  • le temps que l’on peut consacrer à des recherches ;
  • une connaissance insuffisante de certaines disciplines (paléographie...) ; 
  • l’absence de documents d’archives (actes détruits ou égarés...) ;
  • la lecture et l’interprétation des documents anciens ;
  • les erreurs de transcriptions ; 
  • les confusions entre homonymes ;
  • la découverte d’enfants abandonnés dont la parenté est inconnue ;
  • l’immigration intérieure de nos ancêtres.

Quel type de recherche généalogique peut-on effectuer?

Vous avez le choix entre :

  • la généalogie ascendante :
  • vous pouvez vous intéresser uniquement aux ancêtres portant votre nom de famille (on parle alors d’ascendance agnatique). Mais ce type de recherche est restrictif car il ne tient pas compte de l’ensemble de vos ancêtres réels ;
  • une généalogie ascendante complète étudie la totalité de vos ancêtres paternels et maternels dont le nombre double à chaque génération.
  • la généalogie descendante :

Elle établit la descendance de tel ou tel de vos ancêtres. Elle tient donc compte de tous les collatéraux (oncles, cousins, neveux...). C’est une recherche longue et fastidieuse qui demande un dépouillement attentif des registres d’état-civil. Dans la pratique vous ne pourrez l’envisager qu’après avoir déjà réalisé une généalogie ascendante.

Quel que soit le type de recherche retenu, vous ne devez pas oublier qu’une recherche généalogique ne se limite pas seulement à une collection de patronymes inscrits sur un arbre ! Elle implique une véritable recherche historique afin de « donner vie » à vos ancêtres, de retrouver leur cadre d’existence et leur quotidien.

De quel matériel a-t-on besoin pour effectuer une recherche?

Il est relativement sommaire mais l’on peut citer comme assez indispensable :

  • De quoi noter = un peu de papeterie : classeurs, cahiers, dossiers, fiches, timbres...
  • Un appareil photo numérique (par exemple pour prendre une photo de documents consultés) ;
  • Une loupe pour déchiffrer « les pattes de mouches » sur les vieux documents ;
  • Quelques livres indispensables en fonction des axes de recherche (voir rubrique Bibliographie pour quelques suggestions) ;
  • Un logiciel de généalogie pour mettre en ordre le fruit de vos recherches (cf. question dédiée).

Mais aussi :

  • Quelques cartes topographiques au 1/25 000e ;
  • Un enregistreur pour les interviews ;

Jusqu'où peut-on remonter dans le temps?

En général, il est possible de « remonter » une généalogie jusqu’à 10/12 générations, c’est-à-dire jusqu’à la première moitié du XVII° siècle (1620/1630). Mais quelques documents anciens (archives notariales, judiciaires...) permettent parfois d’aller au-delà de ces dates. En fait, tout dépend de la richesse des archives disponibles, mais aussi de la « notoriété » de votre famille : certaines familles nobles peuvent parfois « remonter » leur arbre beaucoup plus loin dans le temps !

Dans les dépôts d’archives publiques, vous pourrez consulter directement tous les documents, à l’exception de ceux en trop mauvais état, et de ceux soumis à des délais de consultation (état-civil de moins de 100 ans...).

Comment exploiter les données recueillies

Plusieurs solutions s’offrent à vous dont par exemple :

  • dresser votre arbre généalogique ;
  • organiser une réunion de famille ;
  • écrire l’histoire de votre famille (une monographie familiale) ;
  • déposer vos données sur une base de données ou dans les fichiers d’une association.

Avec l’avènement d’Internet, un des traits les plus importants de la généalogie actuelle est le développement de la mise en commun des données et leur exploitation entre particuliers. Jamais les échanges n’ont été plus rapides, plus intensifs et plus enrichissants. Mais, pour que chacun y trouve son intérêt, il importe de ne pas oublier que l’entraide doit toujours être bilatérale !

Combien de temps dure une recherche?

Cela dépend évidemment du type de recherche retenu, de votre disponibilité, de votre persévérance, de votre patience, mais aussi de la localisation géographique de vos origines, de l’histoire et des caractéristiques de votre famille (la généalogie de certaines familles nobles est parfois déjà complètement ou partiellement réalisée).

S’il est relativement facile et rapide de retrouver ses origines jusqu’à la Révolution française, les choses se compliquent un peu ensuite (mais rien n’est impossible !). Il vaut mieux considérer que l’on ne termine jamais complètement une recherche généalogique. C’est souvent le loisir de toute une vie, parfois de plusieurs générations. Mais une recherche généalogique c’est aussi un héritage à transmettre !

Où peut-on trouver de l'aide?

La recherche généalogique est parfois difficile mais les moyens mis à votre disposition pour vous aider sont heureusement nombreux.

Voici quelques exemples :

  •  les livres et Les revues disponibles en librairies ou en bibliothèques, par exemple: le magazine-web Histoire-Généalogie.com, sa Lettre d’Informations, et ses diverses rubriques sont là pour vous aider et répondre à toutes vos questions ;
  • les bases de données accessibles par internet ou non, par exemple des bases de données publiques telles les archives nationales, archives de paris, archives départementales, Galica, etc…
  • les associations de généalogie, comme CeGeVi : elles mettent presque toutes à votre disposition des listes de patronymes (listes éclair), des dépouillements de registres (relevés), des généalogies publiées, une bibliothèque, une revue interne...
  • les généalogistes professionnels
  • les listes de discussion et forums : pour poser des questions, demander de l’aide, échanger…
  • de nombreux sites et services sur Internet : certaines pages personnelles sont souvent riches d’informations diverses ; des portails comme geneanet sont une mine d’information, etc…

Un conseil : vérifiez toujours les renseignements trouvés ou que l’on vous communique car les erreurs ne sont pas rares  et peuvent vous entraîner sur de fausses pistes. Privilégiez toujours les dépouillements réalisés par les associations locales. Enfin, ne comptez pas systématiquement recevoir une réponse à vos demandes : l’entraide prend du temps, et n’est pas forcément partager par tous.

PATRONYME
ETAT DES RELEVÉS

Nos relevés sont accessibles grâce aux formulaires ci-dessus.

Liste éclair : 72 913 enregistrements
Liste de relevés : 13 313 enregistrements
Ecrivez-nous